Entretien sur le nouveau système de gestion des fournisseurs d’Implenia

Gestion durable des fournisseurs: la solution incontournable

Début 2014, Implenia a mis en service son nouveau système de gestion des fournisseurs. Dans ce contexte, des représentants d’Implenia et de la société de construction métallique Ernst Schweizer AG se sont retrouvés pour un échange d’idées. En tant que fournisseur d’Implenia, la société zurichoise est concernée par le nouveau système. Disposant de son côté d’un système de gestion des fournisseurs, l’entreprise familiale implantée à Hedingen possède une vaste expérience en la matière. Autour de la table: Jens Sasse, responsable du département Procurement, et Michael Berger, manager Fournisseurs, pour Implenia, ainsi que Hans Ruedi Schweizer, chef d’entreprise, et Martina Marchesi, chargée du développement durable, pour l’entreprise de construction métallique.

Martina Marchesi, chargée du développement durable Ernst Schweizer AG, Michael Berger, manager Fournisseurs, Jens Sasse, responsable du département Procurement Implenia und Hans Ruedi Schweizer, chef d’entreprise Ernst Schweizer AG (de gauche à droite)

Monsieur Sasse, pourquoi Implenia a-t-elle instauré un système de gestion des fournisseurs?

Sasse: En tant qu’entreprise de construction et de services de construction qui génère jusqu’aux trois quarts de son chiffre d’affaires par l’intermédiaire de fournisseurs et de sous-traitants, Implenia est particulièrement tributaire de partenaires d’affaires qui partagent ses normes et objectifs, afin d’être en mesure de livrer à ses clients des projets de haute qualité, dans le respect du délai et du budget fixés. Pour cette raison, nous avons perfectionné le processus de gestion des fournisseurs, qui a fait ses preuves depuis des années dans l’industrie, en l’adaptant au secteur de la construction. Grâce à ce système, qui comporte les phases qualification (autodéclaration et préqualification), évaluation (évaluation annuelle et par projet), classification et développement (cf. graphique), nous visons – à long terme – à consolider et développer nos relations avec des fournisseurs et sous-traitants éprouvés, mais aussi – à court terme – à minimiser nos risques.

 

Schweizer: Notre société gère depuis quelques années un système similaire. Les fournisseurs doivent se soumettre à une évaluation succincte qui porte sur nos quatre «Points de réussite Schweizer», à savoir les trois dimensions du développement durable (collaborateurs et société, environnement et rentabilité) ainsi que – quatrième point – l’orientation vers les clients. La procédure commence par une autoévaluation avec un questionnaire standardisé, ensuite nous posons des questions individuelles sur les détails. Chez les fournisseurs importants, nous effectuons en outre un audit.

 

Marchesi: Au-delà d’un certain volume d’achats, aucune entreprise ne peut se passer aujourd’hui d’un système de gestion des fournisseurs si elle prend au sérieux le développement durable.

«Nous effectuons un audit chez les fournisseurs importants.»

Hans Ruedi Schweizer, chef d‘entreprise Ernst Schweizer AG

Quelle est votre expérience en ce qui concerne la gestion des fournisseurs, Monsieur Schweizer?

Schweizer: Elle a débouché sur une concentration des fournisseurs. Certaines relations avec des fournisseurs importants ont pu être développées, mais nos exigences n’ont pas été satisfaites par tous les partenaires. Dans quelques cas, à la suite de contacts approfondis, nous avons constaté une absence de base commune empêchant la collaboration. Globalement, on peut dire que les relations d’affaires sont devenues plus transparentes, plus étroites et donc meilleures.

 

Marchesi: La mise en place une gestion des fournisseurs est une tâche qui demande du temps. Nous sommes donc contents de nous y être attelés il y a quelques années déjà. Comme toute entreprise, nous avons dû d’abord trouver la voie qui nous convient le mieux.

«Implenia est particulièrement tributaire de partenaires d’affaires qui partagent ses normes et objectifs.»

Jens Sasse, Head of Procurement Implenia

Monsieur Berger, comment ont réagi les fournisseurs d’Implenia face à votre questionnaire?

Berger: Nous avons d’abord lancé le processus auprès des partenaires d’affaires les plus importants. Fin avril 2014, environ 50 entreprises avaient franchi la première étape, celle de l’autodéclaration. Elle a montré qu’en raison de la thématique nouvelle pour le secteur de la construction, les informations ne sont pas toujours disponibles sous la forme requise chez les fournisseurs. Dans d’autres industries, la gestion des fournisseurs fait partie des processus standard établis.

 

Schweizer: Je suis surpris. Nous n’avons eu aucun problème à remplir le questionnaire d’Implenia, dans la mesure où nous avons fait depuis longtemps le nécessaire dans ce domaine. Je pensais que les questions posées par Implenia ne devaient présenter de difficultés pour aucune entreprise.

 

Marchesi: Nous aurions même souhaité des questions plus approfondies. Des questions qui nous auraient permis de nous profiler en mettant en avant nos performances durables. Notre entreprise consomme par exemple presque la même quantité d’énergie qu’il y a trente ans, alors que notre chiffre d’affaires a depuis lors plus que doublé. Cette efficacité énergétique est une caractéristique de nos produits et nous aimerions qu’Implenia prenne en considération ces performances.

 

Berger: A l’avenir, nous tiendrons davantage compte des critères relatifs au développement durable. Sur le court terme, nous privilégions la minimisation des risques. Il faut un certain temps avant que le système puisse s’établir et se développer dans un sens permettant de mettre en avant les résultats en matière de développement durable.

 

Sasse: Il faudra du temps pour que les systèmes de gestion des fournisseurs parviennent à s’imposer. La culture appropriée doit encore se développer. Mais leurs avantages ont déjà été perçus, si bien qu’on constate un certain changement d’attitude. Divers projets qu’Implenia est en train de réaliser le démontrent. Des projets comme les complexes d’habitations Neugrüen à Mellingen ou schorenstadt à Bâle en sont les meilleurs exemples. Nous sommes convaincus que les systèmes de gestion des fournisseurs vont s’imposer dans le secteur de la construction du fait des exigences croissantes en matière de développement durable. C’est une réalité qui deviendra incontournable.

de   l   en